Que visiter à Matera?

Booking online! / Prenota subito!

Sassi de Matera


Les Sassi représentent la partie la plus ancienne de la ville de Matera et constituent une ville entière creusée dans la roche calcaire, appelée localement « tuf ». Patrimoine de l’UNESCO depuis 1993, ces derniers représentent un système de logements complexe, comme « accrochés » le long des pentes d’un profond vallon : la Gravina. L’alternance de structures édifiées et élégantes avec des labyrinthes souterrains et des méandres caverneux, créent un paysage unique dans son genre. Un temps cœur de la civilisation rurale, aujourd’hui, restructurés et réévalués, ils revivent et laissent sans voix, surtout le soir quand les lumières des habitations les font ressembler à une véritable crèche. Les Sassi se développent autour de la colline de la Civita et sont composés de deux grands quartiers : Le Sasso Barisano et Le Sasso Caveoso.

Parc de la murgia materana


Le parc Régional Archéologique Historique Naturel des Eglises Rupestres du Matérain, plus communément appelé Parc de la Murgia Materana, représente l’un des plus merveilleux paysages rupestres d’Italie, qui témoigne du rapport ancien entre l’homme et la nature. L’homme a peuplé la Murgia depuis l’époque de la Préhistoire , avec des sites remontant au Paléolithique (Grotte des Chauves-souris) et à l’époque Néolithique (Village de Murgecchia, de Murgia Timone et de Trasanello). Les inaccessibles parois verticales des roches et la riche végétation qui se développe à l’intérieur des frontières du Parc déterminent la formation d’espaces naturels tels de permettre la présence d’espèces volatiles extrêmement rares. Parmi celles-ci, le Faucon Grillaio (faucon naumanni) fait partie des espèces européennes les plus importantes. A Matera, il est appelé « striscignl » par appellation dialectale. Ce nom est une onomatopée du chant qu’il produit. Il peut être considéré comme un faucon miniature. C’est un petit faucon migrateur qui arrive de l’Afrique du Sud entre le début du mois de mars et la fin du mois d’avril, pour faire son nid entre les tuiles des toits, dans les trous des murs ou sur les corniches des immeubles ou des églises du centre historique et des Sassi. A Matera, ont été recensés environ 1000 couples. Ils se nourrissent d’insectes comme les sauterelles, les papillons, les coléoptères et les grillions, dont ils prennent le nom. Après la reproduction, entre les mois d’août et d’octobre, ils sont prêts à hiberner.

Le château Tramontano


La construction du château commença au début des années 1500 et était une œuvre du Comte de Matera Gian Carlo Tramontano. De style aragonais, il fut idéalisé avec pour but de défendre la ville le long du côté le plus exposé, avec ses trois grandes tours et ses remparts qui auraient dû comprendre douze tours de défense, mais il est resté inachevé à cause de l’assassinat du Comte, avenu durant une violente révolte populaire le 29 décembre 1514. Le coût très élevé du projet, s’élevant à plus de 25.000 ducats et le salaire très bas de 6 sous par jour, contribuèrent à aigrir les esprits des matérains, qui mirent fin aux abus de pouvoir durant l’une des pages les plus violentes de l’histoire de la ville. Cet épisode est rappelé par la devise de l’emblème de la ville « Bos lassus firmius figit pedem », (le bœuf épuisé enfonce sa patte plus fermement), pour mettre en évidence la violence à laquelle peut arriver un peuple pacifiste, fatigué par les vexations.

Place Vittorio Veneto


Dans le passé appelée Place du Plébiscite, elle était aussi connue comme « Place de la Fontaine » pour la présence de la grande « Fontaine Ferdinandea » monumentale, réalisée en 1832 pour recueillir l’eau provenant de la colline située au-dessus du château « De Montigny ».

- Fontaine Ferdinandea, restaurée par le roi Ferdinand II de Bourbon en 1832, elle était à l’origine située au pied de la colline du château et recueillait les eaux provenant de cette-même colline. Après la seconde guerre mondiale, sa fonction d’ap provisionnement épuisée, elle fut déplacée à l’intérieur des jardins communaux. Durant le mois d’avril 2009, elle fut ramenée à son lieu d’origine sur la Place Vittorio Veneto.
- Palais de l’Annunziata, palais du XVIII ème siècle, situé Place Vittorio Veneto, qui a tout d’abord hébergé le couvent des Dominicaines, pour ensuite devenir le tribunal en 1865 et encore après un collège. De nos jours, l’édifice qui domine la place centrale de Matera est le siège de la Médiathèque et de la Bibliothèque Provinciale, en plus d’héberger aussi le Cinéma Communal.
- Les hypogées de la Place Vittorio Veneto, situées sous la place principale de la ville et revenues à la lumière seulement depuis quelques années contiennent aussi, en plus de nombreux espaces hypogéens une vieille citerne, appelée Palombaro Lungo, e t une tour faisant partie des remparts, qui à l’origine devaient être à l’abri du Château Tramontano.
- Le Palombaro Lungo, l’immense réservoir d’eau sous la Place Vittorio Veneto, a des sections construites il y a trois mille ans, tandis que les plus récentes datent du XVIIIème siècle, tout cela faisant partie du Plan de la ville de Matera.

La Cathédrale de la Madone de la Bruna et de Saint Eustachio


La Cathédrale fut construite en style romano -apulien au XIII ème siècle sur l’éperon le plus haut de la Civita, le quartier le plus ancien des Sassi. Elle est le lieu de culte principal de Matera et elle est aussi l’église mère de l’archidiocèse de Matera -Irsina. Il s’agit d’une excellente fusion de l’art et de la foi, en effet, à l’intérieur, on peut observer des fres ques majestueuses et des décorations de haute facture, en plus de nombreux autels utilisés par la noblesse de l’époque pour célébrer les rites. Durant le déroulement de certains travaux de creusement à l’intérieur de la Cathédrale, ont été découvertes deux chapelles finement décorées de fresques, qui ont donné une valeur ultérieure à cette imposante et magnifique structure.

La destruction du Char de la Bruna


Parmi les différentes légendes liées à la naissance de cette fête, la plus fascinante est surement celle qui parle d’un homme qui décida de prendre sur son petit char une jeune fille. Ces derniers, une fois rejointes les portes de la ville, étaient sur le point de se saluer lorsque la jeune dame se transforma en une statue de la Vierge et susurra à l’homme consterné « C’est ainsi, sur un char décoré, que je veux entrer chaque année dans ma ville ». Et c’est exactement cela qui se passe chaque année à Matera le 2 Juillet, le jour de la fête patronale en l’honneur de Sainte Marie De la Bruna. La statue de la Madone est portée en procession sur le char triomphal durant tout l’après-midi le long des rues principales remplies de fidèles, jusqu’à arriver le soir, sur la Place du Dôme où sont accomplis les « trois tours », symbole de la prise de possession de la ville de la part de la Sainte Patronne. La statue, accompagnée de la Curie de l’Archevêché, est ensuite déposée à la Cathédrale. Une fois les tours accomplis, le char, encerclé par les « cavaliers » est conduit et protégé jusqu’à l’arrivée sur la Place Vittorio Veneto débordante de monde, où il sera livré à la foule et, dans une allégresse entre le sacré et le profane, survient « l’arrachage », c’est-à-dire l’assaut en masse et sa destruction dans le but de s’accaparer un morceau d’une relique, synonyme de bonne augure.